« Une sibylline bouffée d’air dans le paysage musical québécois »

En première partie : Mon Doux Saigneur 

Klô Pelgag s’impose comme une sibylline bouffée d’air dans le paysage musical québécois. La naissance de son deuxième album, L’Étoile thoracique, l’exhorte à trimballer de nouveau ses créatures en tournée, aux quatre coins de la francophonie.

Abordant la scène tel un vaste terrain de jeu, là où la consensuelle majorité cherche à miroiter la plus belle et polie version d’elle-même, Klô Pelgag plonge tête première dans le sens contraire. Un terrain qui se donne des airs d’arène, dans laquelle Klô mène les troupes vers l’improbable. Un désir tout sauf logique, de se surpasser dans la foudre et la frénésie.

 

Mon Doux Saigneur 

Repéré à la suite d’imprévisibles autant que saillantes performances lors des Francouvertes 2016, Mon Doux Saigneur se meut de chansons libres, aux rainures électriques et aux textes aussi bruts que sensibles et fertiles. Ses concerts sont des manifestations uniques, éphémères, contingentes, où les ambiances prévalent. Complété par ses amis David Marchand, Étienne Dupré, Elliot Durocher et Mandela Coupal, le groupe devient un véhicule de mots sillonnés et de grooves impromptus, au dialecte musical intuitif et tissé, à l’abondance inspirée et au processus impressionniste remué. Du chaos dans les entonnoirs, pour que l’instant surprenne, et qu’on respire mieux à la fin.

 

Vidéo

Photo

  • Klô Pelgag Klô Pelgag | Photo : courtoisie
  • Mon Doux Saigneur Mon Doux Saigneur | Photo : courtoisie

Liens

D'autres suggestions